lundi 22 janvier 2018

Photos souvenirs - Paterson, Haledon








2111e jour - Dernière journée dans le New Jersey. Je shoote à  tout-va (un journal gratuit abandonné en bordure de trottoir, un panneau publicitaire, un autre – dessiné à la main – qui indique comment évacuer en cas de feu, un autre encore, couché, marqué “Art Factory (et je pense à une galerie parisienne), un homme, musulman, posant à proximité d’une incroyable cascade).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 19 janvier 2018

Mise en abyme - Paterson


2110e jour - Je m’étais juré de faire une pause avec les mises en abyme mais celle-ci, qui se démultiplie sur deux supports, est vraiment trop belle pour que je résiste (image prise dans une ancienne fabrique squattée de Paterson, New Jersey).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 18 janvier 2018

Premiers pas - Paterson

2109e jour - À Paterson, New Jersey, j’ai mis pour la première fois les pieds dans une mosquée (mosquée Masjid Adam)… La mosquée, au moment où je l’ai visitée, était vide de tout croyant (mais pleine d’horloges donnant l’heure en différents points du globe)…







/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 17 janvier 2018

Ubiquité - Haledon





2108e jour - Multiplier les points de vue sur un même lieu. Observer, dans chacun des cas, ce qu’il est donné de voir. Être fasciné par les détails. Exemple : de la rue, peut-on imaginer que là-haut sur le toit, à proximité d’une cheminée, est posée une bouteille d’eau minérale.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 16 janvier 2018

La maison dans laquelle Elsie Bolcar est venue se faire photographier - Haledon


2107e jour - C’est une maison parmi d’autres, située au 25 King St., Haledon, New Jersey. Je n’en sais pas grand chose si ce n’est qu’au cœur des années cinquante une jeune femme se nommant Elsie Bolcar y est venue pour se faire photographier (l’adresse figure au dos des clichés, accompagnée du nom du photographe : C. Sachman).



Je regarde le bâtiment, longuement. J’essaye d’imaginer les intérieurs aujourd’hui. J’aimerais pouvoir entrer pour voir s’il reste des vestiges des espaces dans lesquels la jeune femme a posé (les parquets, les encadrements des fenêtres). J’aimerais savoir quelles étaient les relations entre le modèle et le photographe, j’aimerais savoir ce qu’il s’est joué entre eux lors de ces cessions.





/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 15 janvier 2018

La patronne de l’Ocean Plaza - Asbury Park




2106e jour - Elle se prénomme Rachel. Elle tient l’ocean Plaza depuis bientôt dix ans. Elle dit : “C’est un drôle de hasard qui m’a amené là, une histoire d’amour. Il y a vingt ans, vous m’auriez dit que je tiendrais un jour un hôtel, je vous aurais ri au nez. À l’époque, j’étais infirmière. J’aimais mon métier. Je vivais dans le Connecticut, à Hartford. Et puis, il y a eu feu mon deuxième mari. Pour lui, j’ai tout plaqué. C’est fou ce qu’on est capable de faire par amour. Un jour, il m’a dit : “Viens, on s’en va, on refait notre vie. C’est simple, regarde.” Il a pointé au hasard sur une carte des États-Unis, il est tombé sur Asbury Park. Mais le plus drôle, dans toute cette histoire, c’est que quand j’étais gamine, chez mes parents, punaisée au mur, il y avait une carte postale ancienne sur laquelle l’Ocean Plaza était indiqué. Je ne me souviens plus qui l’avait envoyée. Cet hôtel, c’était comme un lieu imaginaire pour moi. Je passais tous les jours devant l’image mais jamais je n’aurais imaginé le voir en vrai, alors m’en occuper, vous pensez…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 12 janvier 2018

L’arbre d’enfance - Asbury Park

2105e jour - Elle dit : “L’été, je passais mes journées dans cet arbre. Mon père avait fabriqué une cabane. Il avait bien fait les choses. Il y avait de micro-fenêtres par lesquelles je pouvais observer la vie de la maison, ou alors chez les voisins – tu n’imagines pas le nombre de trucs que j’ai découverts de là-haut. J’y lisais beaucoup aussi. Même si ce n’était pas hyper-confortable, j’y passais des heures. C’est là que j’ai lu Moby Dick ou l’Île au Trésor… Cette cabane c’était chez moi, tu vois. Personne n’avait le droit d’y monter. Il n’y a eu qu’une seule exception : un camarade de classe dont j’étais follement amoureuse. Il s’appelait Paul. Je ne sais pas comment mais un jour j’ai trouvé le courage de l’inviter. Les vacances venaient juste de commencer, on devait avoir une dizaine d’années… Il est monté avec moi. On a regardé les oiseaux sur la branche, là. Ils étaient tout près. Il trouvait ça dingue, il n’arrêtait pas de le chuchoter. Mais moi, les oiseaux, je m’en foutais un peu. Tout ce que je voulais c’est qu’il m’embrasse mais cet imbécile ne l’a jamais fait.”

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 11 janvier 2018

L’aube - Asbury Park


2104e jour - Premières lueurs du jour. Pas un chat sur la plage, même pas un jogger. Je veux prendre du recul, embrasser du regard la ville entière. Je progresse de rocher en rocher, plein de prudence, mais il faut croire que les précautions que je prends ne sont pas suffisantes : très vite – il suffit d’une légère glissade –  je me retrouve les pieds trempés. Je n’ai pas de chaussures de rechange, je le sais. Je vais passer la journée dans des baskets mouillées. Dans l’instant, je m’en fous, je déclenche, heureux du paysage qu’il m’est donné de photographier.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 10 janvier 2018

Une chambre d’hôtel - Ashbury Park

2103e jour - J’adore les premiers instants passés dans une chambre d’hôtel. J’adore observer la décoration, la façon dont la pièce est agencée, et m’assurer, d’une pression de la main, de l’état de la literie. J’adore cerner – assis sur le lit – ce que l’on entend du dehors (ventilation, chambres mitoyennes, rue…). J’adore ouvrir les tiroirs quand il y en a, jeter un œil à la salle de bain, humer, renifler… J’adore revenir à la chambre, au lit, retirer mes chaussures et m’allonger. Et là, fermer les yeux.




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 9 janvier 2018

L’autre Russie - Krasnodar


2102e jour - La silhouette d’un Stormtrooper (saisie dans la nuit d’une boîte de nuit), un coucher de soleil futuriste (aperçu sur les rives du fleuve Kouban)… Bizarrement, c’est peut-être ce qui me restera comme image de Krasnodar, capitale administrative du kraï de Krasnodar perdue au fin fond de la Russie.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 8 janvier 2018

Collègues - Krasnodar






2101e jour - Ils sont trois à partager le même bureau, avec une bonbonne d’eau, un photocopieur, un canapé vert sur lequel est posé un magazine sur la couverture duquel on devine Ramzan Kadyrov, président de la République tchétchène… Difficile d’imaginer à quoi ressemblent leurs journées de travail…

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 5 janvier 2018

Bushranger - Glenrowan



2100e jour - Si l’on en croit Wikipédia, Edward Kelly, dit Ned Kelly (1854 ou 1855 - 1880) était un célèbre bushranger (les bushrangers étaient des hors-la-loi du début de la colonisation de l’Australie qui utilisaient leurs capacités à survivre dans le bush pour se cacher des autorités). Il est aujourd’hui considéré par les uns comme un triste tueur de policiers et par d’autres comme une icône populaire, tant pour son côté Robin des Bois moderne, que pour sa résistance face aux classes dirigeantes anglo-australiennes.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci