vendredi 25 mai 2018

Autres choses vues - Osaka











2191e jour - Peut-être un jour mélangerai-je les souvenirs que j’aurai des choses croisées dans le réel et dans ce monde virtuel que j’arpente… Peut-être, plein d’aplomb,  j’assurerai : “Oui, oui, je m’en souviens très bien : cela aussi je l’ai vu”.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 24 mai 2018

Choses vues - Osaka







2190e jour - J’aimerais garder trace de tout, et particulièrement des détails insignifiants (les motifs des carrelages ou des papiers peints, les images ou les mots affichés, les amoncellements de bord de route, les plantes en pots que j’ai croisées…).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 23 mai 2018

Corps croisés - Osaka










2189e jour - Osaka, de jour comme de nuit. Des gargotes, des karaoké. Du bruit, de la fatigue, des rires, des sourires. Des blancs dans les conversations. Et son regard perçant.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 22 mai 2018

Le temps qui passe - Osaka







2188e jour - Aujourd’hui, j’ai vu le temps s’écouler à l’horloge qui borde Triangle Park, Osaka.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 21 mai 2018

Triangle Park - Osaka







2187e jour - Le livre des places, ouvrage collectif (éditions Inculte), chapitre sur le parc du Triangle à Osaka, texte de Jérôme Schmidt. Extrait :
Mais au-delà du cadastre, c’est un simple petit triangle rocailleux, vaguement parsemé d’herbes folles, qui est resté au centre de la lutte sociale japonaise : Triangle Park. En 2008, alors que le sommet du G8 s’apprêtait à être tenu à quelques centaines de mètres de ce micro-quartier, la révolte a grondé […] le parc du Triangle a connu quinze jours d’émeutes sanglantes, étouffées par les médias nationaux et locaux.
[…]
Juste devant nous, Triangle Park et ses bidonvilles, à ciel ouvert. Les hommes ivres peuplent la chaussée comme autant de cadavres d’un jour. Des chiens mangent à même le sol les restes de nourriture de ces hommes à la peau cuivrée.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 18 mai 2018

Le caddie géant - Sao Paulo




2186e jour - Aujourd’hui, dans le sud-ouest de Sao Paulo, j’ai tourné autour d’un caddie géant…
Sur Wikipédia aussi, j’ai lu :
Aujourd'hui, le nom « caddie » est couramment utilisé pour désigner tous les types de chariots en fil métalliques, quelle que soit leur marque. Il s'agit d'un cas particulier d'antonomase du nom propre. Cet usage est cependant risqué car le nom a été déposé par la société « Les Ateliers réunis Caddie SAS », qui possède donc la propriété intellectuelle de la marque, et fait régulièrement valoir ses droits. Elle a notamment obtenu à plusieurs reprises la condamnation de journaux pour un tel usage.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 17 mai 2018

Les lieux de la Serpe - Paris




2185e jour - Lecture de La serpe de Philippe Jaenada (éditions Julliard), bas de la page 67, début de la page 68 :
La découverte de Paris occupé le terrasse. Tout paraît mort, il ne connaît plus personne, la capitale est lugubre, craintive, opprimée. […] Son seul réconfort, son seul plaisir, c’est la présence de Marie-Louise. Ils se voient, sortent ensemble, au Ramuntcho, un “bar américain” (qui n’en est plus un aujourd’hui, et s’appelle le Funzy Café), 3 rue Bréa, Chez les Vikings, “taverne scandinave” (mais aussi “american bar”), 31, rue Vavin (une boutique Bio c’ Bon, maintenant), où ils sont probablement assis non loin de Simone de Beauvoir, du peintre Serge Poliakoff, sur les sièges de Claude Simon, d’Henry Miller et d’Anaïs Nin (la spécialité du lieu, c’est l’aquavit dont raffole Simone, mais Henri préfère le côté “american bar” et ne boit que du whisky), ou bien, quand il y a un peu plus d’argent, il emmène sa belle préraphaélite au Poisson d’or, un cabaret russe au 24 de la même rue Vavin (qui deviendra le très chic Éléphant Blanc, et aujourd’hui le Scarlett, un club qu’on peut privatiser).




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 16 mai 2018

D’arcy’s Tavern - Bradley Beach








2184e jour - En ce jour de finale de ligue Europa entre l’Olympique de Marseille et l’Atlético Madrid, j’ai passé une partie de la journée à la D’Arcy’s Tavern de Bradley Beach, New Jersey, un temple du foot là où le foot n’est pas roi. L’endroit est impressionnant : des centaines d’écharpes de supporters sont fixées au plafond et tout autour du bar. Dans le tas, j’en ai repérées deux aux couleurs du Paris Saint-Germain. J’ai cherché Marseille et l’Atlético mais en vain.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci