vendredi 20 octobre 2017

Entre chien et loup - Vladivostok



2056e jour - Plaisir du jour : voir la nuit tomber sur Vladivostok (images Mapillary).

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 19 octobre 2017

Flou - Vladivostok

2055e jour - Une des choses que j’aime tout particulièrement dans Mapillary, street view contributif, c’est que la qualité des images est loin d’être homogène. Il y a des flous de mise au point, des flous de bouger. Il y a des images sur ou sous-exposées. Il y a des photos de nuit et d'autres sur lesquelles, un doigt apparaît devant l’objectif. La plupart du temps, c’est affreusement moche mais il arrive aussi que ce soit très beau.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 18 octobre 2017

Vues de Vladivostok












2054e jour - Mapillary pourrait devenir ma nouvelle drogue. Mapillary, c’est un service en ligne de partage de photos géolocalisées, alimenté par crowdsourcing (production participative), avec pour objectif de “carto-photographier” la terre entière. Hier, grâce au site, je découvrais Pyongyang. Aujourd’hui, c’est dans Vladivostok que je me promène.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 17 octobre 2017

Premiers pas à Pyongyang










2053e jour - Abandonner, au moins l’espace d’une journée, Google Maps pour Mapillary. Se promener dans le peu de Pyongyang qui y est donné (mais même un peu, ici, ce n’est pas rien). Ouvrir de grands yeux. Se demander : arrive-t-il qu’il y ait des embouteillages en Corée du Nord ?

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

lundi 16 octobre 2017

Une certaine idée de la femme - Campinas

2052e jour - Pour une fois, juste des images (mais j’ai l’impression qu’elles se passent de paroles)…














/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

vendredi 13 octobre 2017

Deux images qui se répondent - Campinas


2051e jour - Quelque chose m’échappe dans les corps refaits que l’on croise ici – dans ces seins qui crient à la face du monde à quel point ils sont factices.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

jeudi 12 octobre 2017

Des filles en plus dans le décor - Campinas






2050e jour - Quand je suis venu pour a première fois dans Jardim Itatinga au sud de Campinas, j’ai découvert un quartier qui avait émergé de nulle part dans les années soixante pour très vite devenir une plaque tournante de la prostitution régionale. À l’époque de ce premier voyage – c’était en octobre 2011 – les premières images sur lesquelles on tombait quand on tapait “Jardim Itatinga” dans un moteur de recherche étaient des extraits de journaux télévisés brésiliens qui montraient des opérations commando menées par les forces de police en vue de démanteler les réseaux locaux de drogue et de prostitution. Il faut croire que ces opérations n’ont pas totalement atteint leurs objectifs : le commerce du sexe semble toujours aussi florissant ; pire, un peu partout aux marges du quartier de nouvelles “maisons”, depuis, se sont mises à fleurir…
Ci-dessus comme ci-dessous, la première image date de 2011, la seconde de 2016…




/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mercredi 11 octobre 2017

Tous les visages ne sont pas flous dans Street View


2049e jour - Campinas, Brésil. L’essentiel de ce que je pourrais dire, ici, tient dans le titre du post. Pour le reste, c’est l’image qui parle.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci

mardi 10 octobre 2017

Aller voir - Denver



2048e jour - Aller voir est devenu pour moi une obsession. Aujourd’hui, par exemple, l’envie m’est venue après être tombé sur une image postée sur Instagram.
Aller voir, pour moi, c’est un peu comme vérifier que les choses existent vraiment. C’est une façon de les réactiver. C’est également une façon d’“ouvrir le cadre”, d’épouser les alentours dans un hors-champ vertigineux. Qu’il s’agisse des lieux d’une image dans lesquels je me parachute ou qu’il s’agisse de ceux d’une adresse, à chaque fois, j’ai l’impression de traverser le miroir. C’est terriblement enthousiasmant.




Chacun de ces voyages est l’occasion de mille découvertes. Ici, je me suis promené dans le quartier, j’ai exploré les rues limitrophes. Ici, j’ai voyagé dans le temps pour découvrir que jusqu’en 2014, la façade du Sound Town de Denver était rouge. J’ai vu le paysage de nuit aussi. D’aucun pourraient penser que tout cela est bien vain, anecdotique, sans intérêt. Je ne saurais bien expliquer pourquoi mais il se trouve que pour moi cela tient de l’essentiel.

/////// Si vous avez aimé ce post, peut-être apprécierez-vous celui-ci